Équipe artistique

Directeur - Yuval Pick

Directeur - Yuval Pick

Directeur et chorégraphe du CCNR  
“ Ma recherche est guidée par l’idée que chaque être recèle une connaissance innée que la danse a le pouvoir de dévoiler.”  Yuval Pick

Nommé à la tête du CCN de Rillieux-la-Pape en août 2011, Yuval Pick a derrière lui un long parcours d’interprète, de pédagogue et de chorégraphe. Formé à la Bat-Dor Dance School de Tel Aviv, il intègre la Batsheva Dance Company en 1991 qu’il quitte en 1995 pour entreprendre une carrière internationale auprès d’artistes comme Tero Saarinen, Carolyn Carlson ou Russel Maliphant. Il entre en 1999 au Ballet de l’Opéra National de Lyon avant de fonder en 2002 sa propre compagnie, The Guests. Depuis il signe des pièces marquées par une écriture élaborée du mouvement, accompagnée d’importantes collaborations avec des compositeurs musicaux et où, dans une forme de rituel, la danse propose un équilibre sans cesse remis en cause entre l’individu et le groupe.  

Lire : La danse de Yuval Pick en 5 mots clefs


Yuval Pick en quelques dates :

2020 Crée Vocabulary of need  pour 8 danseurs au Théâtre - Scène Nationale de Saint-Nazaire et There’s a bluebird in my heart pour 8 danseurs - une commande du Ballet de l'Opéra de Lyon

2019 Nommé membre d’honneur à vie de la Tero Saarinen Compagny. 

2018  Crée Acta est fabula à Chaillot - Théâtre National de la Danse, et Flowers crack concrete pour le projet Passerelles (un groupe de jeunes danseurs palestiniens, israéliens et français)

2016 Crée le projet Hydre au Monastère Royal de Brou pour Monuments en mouvement #2,

2016 Crée eddies pour le festival Kazuo Ohno de Yokohama puis Are friends electric? pièce pour 6 danseurs autour de la musique de Kraftwerk.

2015 Crée Apnée (corps vocal) pièce pour 4 danseurs et 6 chanteurs en collaboration avec Samuel Sighicelli et Spirito - Chœurs et solistes de Lyon.
Jean-Jack Queyranne lui remet les insignes de chevalier de l’ordre des arts et des lettres.

2014 Crée le duo loomsur la musique de Nico Muhly et Ply  pièce pour 5 danseurs avec la compositrice américaine Ashley Fure pour le festival ManiFeste de l’Ircam
Lire +

2013 Transmet The him au répertoire du Ballet du Rhin

2012 Crée No play hero autour de la musique du compositeur David Lang aux Subsistances à Lyon Crée Folks pièce pour 7 danseurs / Biennale de la Danse de Lyon et Théâtre National de Chaillot.

2011Nommé à la direction du Centre Chorégraphique National de Rillieux-la-Pape

2010Crée le trio Score aux Subsistances, puis au Centre National de la Danse à Pantin, le trio PlayBach à l’invitation de Carolyn Carlson et The Him pour le Ballet junior-section contemporaine du CNSMD de Paris

2009 Crée Violet avec les élèves de l’école de danse contemporaine de Montréal, transmet /Paon/ au Palucca Tanz Studio Project à Dresden,

2008 Crée le duo 17 drops à la Maison de la Danse et le solo Living in pieces pour la Biennale de la danse de Lyon puis /Paon/ pour le Junior Ballet de Genève,

2007 Crée Look white inside au Tobbogan et au Festival international de danse de Cannes,

2006 Crée Strand behind pour le Festival d’Agora de l’IRCAM et CNSMD Lyon,Présente From a turtle’s diary à la Biennale de Danse de Lyon,

2005 Crée le programme Tuning avec Popular music, et le solo Evol,

2004 Crée le trio Compass au Tobbogan de Décines et Le Sacre pour le Ballet de Lorraine,

2002 Fonde la compagnie The Guests à Lyon et crée le solo Cotton crown pour la Biennale de Venise à l’invitation de Carolyn Carlson,

2001 Rejoint la compagnie de Russel Maliphant à Londres,

1999 Intègre le Ballet de l’Opéra National de Lyon où il interprète les pièces de Mats Ek, William Forsythe et Jirí Kylián,

1998 Crée le duo Nice for a white wedding pour le Festival d’Israël, 

1997 Participe à la création de Dal’Interno de Carolyn Carlson et crée Kvedim sa première pièce, primée au Festival Gvanim de Tel-Aviv,

1996 Gagne le Grand prix - Concours international de danse de Paris,

1995 Rejoint la Tero Saarinen Company à Helsinki,

1991 Intègre la Batsheva Dance Company, où il interprète Tabula Rasa, Anaphasa, Black Milk d’Ohad Naharin et rencontre William Forsythe, Jirí Kylián, Vera Mantero, Angelin Preljocaj,     

1987 Reçu à la Bat-Dor Dance School à Tel-Aviv,

1981 Intègre une compagnie de danse folklorique,

1970 Naissance à Petach-Tikva (Israël).



L'écriture chorégraphique de Yuval Pick :

La danse de Yuval Pick invite, perturbe, surprend, parce qu’au final elle ressort d’un sincère désir d’humanité et de partage. 

Les deux premiers sentiments qui frappent l’esprit, lorsqu’on découvre une pièce de Yuval Pick, sont la foi absolue qu’il a dans le mouvement et ses interprètes comme médium sensible capable de déchiffrer l’humain, et un sens aigu de la rupture, comme s’il était habité par la conviction que la ligne droite constitue une impossibilité fondamentale. Cette danse, profondément incarnée, met en jeu des équilibres relationnels entre l’individu et la communauté de manière paradoxalement concrète et abstraite à la fois. Le mouvement selon Yuval Pick est concret en cela qu’il donne à voir les corps de manière presque crue, jouant sur le poids, les frottements entre danseurs, les mouvements à la limite de l’épuisement. Vue sous un autre angle, la danse qu’il propose ne semble avoir d’autre objectif que de distordre l’espace et le temps, pour plonger son spectateur dans un abîme profondément réflexif, voire métaphysique. De sa formation initiale de chimiste, il a conservé une passion pour la matière conçue d’un point de vue particulaire. Cette approche se lit à travers les entremêlements de corps et les variations d’états énergétiques qui habitent ses chorégraphies. Des confins du chaos, de l’engagement sans concession des interprètes, il extrait une danse à méditer, capable de raconter le monde, et en définitive profondément humaine. Le second point d’appui de son travail est plus surprenant puisqu’il s’agit de la musique pour laquelle il n’a reçu aucune formation et qu’il ne pratique pas. De ce point de départ, complètement extérieur, il tire un lien fort et frappant au tissu musical, qu’il considère sans à priori. Jamais esclave de la rythmique ou de la tonalité, sa danse entretient une relation riche à la musique. De son propre aveu, les univers sonores et les sensations qu’il en déduit, constituent un des principaux éléments déclencheurs de ses créations, de sa passion au long cours pour le groupe de rock postmoderne Sonic Youth, à ses collaborations avec l’IRCAM, en passant par la documentation sonore de terrain. Ses pièces mettent en jeu des êtres archétypaux, des bribes de vies collectées au fil des rencontres. Leurs trajectoires hachées interrogent notre instabilité fondamentale et notre difficulté à communiquer avec autrui de manière constante et cohérente. De ses compositions émane un désir d’harmonie qui semble ne jamais complètement pouvoir prendre corps, comme s’il était entravé par une forme d’intranquillité. Sa danse invite, elle perturbe, elle surprend, parce qu’au final elle ressort d’un sincère désir d’humanité et de partage.  




Portrait © Sebastien Erome