Équipe artistique

Collaborateurs artistiques

Michel Raskine — Regard complice

Michel Raskine est né en 1951 à Paris. Depuis janvier 1995, il dirige le Théâtre du Point du Jour, avec André Guittier. Il a joué dans des mises en scène d’Agathe Alexis et Alain Alexis Barsacq, Anne Alvaro, Michel Berto, Antoine Bourseiller, Gilles Chavassieux, Jean-Christian Grinevald, Petrika Ionesco, Joël Jouanneau... De 1973 à 1978, il est assistant de Roger Planchon pour Par dessus bord de Michel Vinaver, Le Tartuffe de Molière, Le Cochon noir et Gilles de Rais de Roger Planchon... De 1982 à 1986, il travaille avec Gildas Bourdet et l’équipe des comédiens de la Salamandre à Lille. Il joue dans Les Bas-fonds de Gorki, Une station-service et Les Crachats de la lune de Gildas Bourdet, Casimir et Caroline d’Horvath, Cacodémon Roi de Bernard Chartreux. Au cinéma, il joue dans Histoire de Paul de René Féret, Félicité de Christine Pascal, La lectrice, Aux petits bonheurs et Un fil à la patte de Michel Deville, Jeanne et le garçon formidable de Olivier Ducastel et Jacques Martineau. Dans le domaine du théâtre lyrique, il assiste Gildas Bourdet et Alain Milianti pour la mise en scène de La Finta giardiniera de Mozart, au Festival d’Aix-en-Provence (1984). Avec Albert Herring de Benjamin Britten, présenté en mai 2000 à l’Opéra national de Lyon, il réalise sa première mise en scène d’opéra (direction musicale de Laurent Gay). En 2003, il met en scène Otello de Giuseppe Verdi (direction musicale de Ivan Fischer), toujours à l’Opéra de Lyon. Parmi sa trentaine de mises en scène, on retrouve: Max Gericke ou pareille au même de Manfred Karge en 1984, Huis clos de Jean-Paul Sartre en 1991, L’Épidémie et Un rat qui passe d’Agota Kristof en 1993, La Femme à barbe de Manfred Karge en 1995, L’Amante anglaise de Marguerite Duras en 1996, Chambres d’amour d’Arthur Adamov en 1997, Théâtres d’Olivier Py et La Maison d’os de Roland Dubillard (Ensatt) en 1998, L’Affaire Ducreux de Robert Pinget en 1999, Au but de Thomas Bernhard en 2000, Barbe bleue, espoir des femmes de Dea Loher en 2001, Elle est là et c’est beau de Nathalie Sarraute en 2002, Atteintes à sa vie de Martin Crimp (Ensatt) en 2004, Mère & fils, comédie nocturne de Joël Jouanneau en 2005, Périclès, prince de Tyr de William Shakespeare (Nuits de Fourvière) en 2006, Me zo gwin ha te zo dour ou Quoi être maintenant ? de Marie Dilasser (Comédie de Valence) en 2007, Juste la fin du monde de Jean-Luc Lagarce (Comédie-Française) et Le Fou et sa femme, ce soir... de Botho Strauss (Ensatt) en 2008, Le Jeu de l’amour et du hasard de Marivaux en 2009.  

Max Bruckert — Musicien-performeur / réalisateur en informatique musicale

Guitariste de jazz, rock, musiques industrielles et expérimentales, il étudie la composition instrumentale et acousmatique au CNR de Lyon et y débute son travail sur les outils de création musicale électroacoustiques interactifs. Particulièrement intéressé dans la synthèse sonore et les transformations en temps-réel pour la musique contemporaine, il intègre les équipes du Grame, Centre National de Création Musicale à Lyon comme Réalisateur en Informatique Musicale, assistant les compositeurs en résidence pour la création d'œuvres mixtes. Il collabore également avec l’IRCAM sur des productions musicales et sujets de recherches. Si l'essentiel de son activité reste centré autour de la création musicale contemporaine, il explore aussi, depuis 2001, les outils de traitement vidéo, capteurs, interactions lumière-musique, à destination du spectacle vivant et tout particulièrement la danse. Pour cela, il crée, des œuvres électroacoustiques et des dispositifs de spatialisation sonore, notamment pour Yuval Pick au CCN de Rilleux-la-Pape.

Bertrand Larrieu — Compositeur

Depuis 1999, il réalise tour à tour des bandes-son musicales pour le théâtre (Théâtre Craie) ou pour la danse contemporaine (Christian Ubl, Yuval Pick, Florent Ottello), des mixages pour le vidéo-art (Mathieu Bouvier) ou la prise de son documentaire (Sébastien Coupy) dans le cadre de laquelle il tente d’y fusionner techniques du son & composition musicale. En 2007, il travaille en duo d’improvisation avec le guitariste Damien Cluzel. Il réalise en 2008 son mini-documentaire «nocturne» mêlant interview-voix et musique-bruit en une dérive urbaine miniature. Cette veine créative trouve alors sa saga : projet on - off / pause : ces 12 portraits sonores musicalisés forment un véritable album, documentaire et musical. Cette voie du “field recording” devient l’élément central de sa composition, sa volonté étant d’élever la bande-son à un statut de musicalité : créer un paysage fugace et sensible, fait de paroles, de boucles, de bruits, et d’harmonie.
Il collabore avec Yuval Pick en 2010 avec Score et en 2012 avec Folks.

Olivier Renouf — Réalisateur sonore

Psychologue de formation, Olivier Renouf a abordé la création sonore après avoir fréquenté la classe de musique électroacoustique au CNSM de Paris.
Il collabore depuis avec les chorégraphes : Georges Appaix, Boris Charmatz, Paco Decina, Herman Diephuis, Odile Duboc, le groupe Dunes, Emmanuelle Huyn, Latifa Laâbissi, Alain Michard, Mathilde Monnier… ainsi qu’avec les metteurs en scène : Hubert Colas, Serge Hureau, Daniel Janneteau,
François-Michel Pesenti… Il collabore aussi à des installations multimédias avec le groupe Dunes, Nan Goldin… et à des environnements sonores pour des expositions (Le Hall de la Chanson à Paris, le MAOAA de Marseille, le MCEM-ATP de Marseille...)

Nicolas Boudier — Créateur lumière

Après avoir suivi des études d’automation et de robotique, il se tourne vers le spectacle vivant.
En 1992 il est diplômé de L’ENSATT et du GRIM en tant que concepteur lumière. Par la suite il est rapidement sollicité pour également concevoir des scénographies pour la danse et le théâtre.
Depuis 1992 il conçoit et réalise la lumière et/ou la scénographie pour les spectacles de : Yuval Pick, Joris Mathieu, Lia Rodrigues, João Saldanha, Astrid Takche de Toledo, Shantala Shivalingappa, Ushio Amagatsu, Pina Bausch, Savitry Naïr, projet Namasya dirigé par Shantala Shivalingappa, Olivier Meyrou, Stephane Ricordel, Gilles Pastor, Enzo Cormann, Carole Lorang Le Nordik Balck Theatre, Christian Giriat, Nathalie Royer, Denis Plassard, Philippe Pellen Baldini, Géraldine Benichou, Sylvie Mongin Algan.
Dernièrement il a réalisé des dispositifs optiques, lumière et vidéo en collaboration avec Enki Bilal pour l’exposition Mécanhumanimal au Musée des arts et métiers à Paris.
Il développe en parallèle son travail photographique, lié à la lumière et au mouvement ainsi que des performances et installations en collaboration avec Astrid Takche de Toledo.

Sébastien Lefèvre — Éclairagiste

Formé à Lyon en 1992, il assiste différents éclairagistes et intervient en tant que régisseur pour plusieurs compagnies, dont Travaux 12 et la Cie Stanislas Nordey. Rapidement, il cherche à créer ses propres éclairages. Il conçoit pour la première fois les lumières des ballets de Maryse Delente avec la pièce Barbe bleue en 1999 au Ballet du Nord. Débute ainsi une longue collaboration, avec 16 créations réalisées. Parallèlement les rencontres se multiplient et il devient le créateur lumière de différentes compagnies de danse et de théâtre dont notamment : Alessandro Sciarroni, la Cie Shonen (E. Minh Cuong Castaing), la Cie Sandrine Anglade et prochainement Das Plateau. Toujours au service de chorégraphes ou de metteurs en scène, il souhaite gagner en liberté d’expression en développant un travail de création plus personnel. Il aboutit alors à des oeuvres lumières qu’il propose à plusieurs festivals : à Lyon en 2004, puis Poitiers, Leipzig… Ses créations comme les «Eolights», «L’homme digital» «Oriflammes» et «Caprice» crées pour la fête des lumières de Lyon ont un caractère monumental et cherche à bousculer le paysage urbain. D’autres comme «illusion» dans la cathédrale de Poitiers ou la mise en lumière de l’église de «Trönlindring» (réalisée pour les 20 ans de la révolution pacifique de Leipzig) modifient la perception du public à l’architecture qui accueille son travail. Ses créations: «Eolight», «l’Homme Digital», «les Métronmes Trichromiques», «Oriflammes» ont voyagé à Göteborg, Lausanne, Moscou et Dubaï. «Poésie d’orient lumière d’occident» est installée tous les hivers jusqu’en 2018 sur L’ile Rousseau de Genève.

Bénédicte Jolys — Scénographe

Diplômée de l’Ecole des Beaux-Arts de Rennes et de L’ENSATT son champ d’action comprend la danse, le théâtre et les arts plastiques. Elle fut l’assistante des plasticiens Jan Kopp, Nicolas Floc’h et Gilles Touyard, travailla à la réalisation et captation d’images vidéo pour plusieurs pièces d’Alain Buffard et depuis 2004, travaille en tant que scénographe avec des auteurs-metteurs en scène (A.Fichet, M.Bachelot, G.Gregory-Fornet…). En 2004 elle est scénographe du Théâtre Folle Pensée pour le projet Pièces d’identités à Saint-Brieuc et en Afrique de l’Ouest, elle rencontre Alfred Dogbé - auteur Nigérien, ils créent ensemble le projet A l’étroit en Afrique de l’ouest. Elle a également collaboré avec ces metteurs en scène et auteurs contemporains : Myriam Marzouki, Christine Letailleur, Charline Grand, Marie-Laure Crochant, Julien Lacroix, Dany Simon, Coraline Cauchi et le collectif Lumière d’Août avec qui se poursuit une collaboration continue.

Ettore Lombardi — Costumier

Ettore Lombardi a développé sa créativité à travers diverses expériences, dans plusieurs domaines aussi différents que la cuisine, l’enseignement, le théâtre et la mode. À partir de 2008, il se consacre spécifiquement à la mode, travaillant comme designer visuel, consultant et styliste, tant en freelance que pour des entreprises telles que Max Mara et Coccinelle. Depuis 2006, il collabore aux créations d’Alessandro Sciarroni comme consultant en stylisme, scénographie et costumes.

Bérengère Valour – Professeur de danse

Formée au CNSMD-Lyon auprès d’Anne Martin, elle danse dès la fin de son cursus aux côtés de divers artistes (Jérôme Deschamps, Macha Makeieff, Clint Lutes/Berlin, Thomas Hicks/Londres). Elle fait également partie du collectif BWE (installation/performance/vidéo) créé avec Valerio Murat et Riikka Kosola en 2007. Elle réalise parallèlement des pièces chorégraphique : “.-..” avec le clarinettiste Joris Ruhl (2009), Le vœu d’Elias avec la danseuse Riikka Kosola (2011) et Entformen avec le danseur Adriano Coletta (2013). En 2014/2015, elle crée Métamorphoses, projet in situ (journées du Patrimoine 2014) ainsi que Omzo-Mozo avec Jeanne Vallauri, pièce pour les enfants qui trouvera son prolongement également en 2019 dans une autre création jeune public. L’importance dans son parcours du partage, de l’échange et de la pédagogie la conduit à faire partie du programme Enfance Art et Langage de Lyon (Résidence d’artiste à l’école maternelle-Lyon de 2008 à 2011), mais aussi avec celui du centre Rezodanse à Alexandrie, où elle réalise divers temps de formation professionnelle destinés aux jeunes danseurs et/ou enseignants alexandrins (2011, 2017, 2019). Par ailleurs, depuis 2013, elle réalise des actions pédagogiques créatives pour les enfants, aussi bien à Lieues, au CCNR / Yuval Pick, dans divers écoles ou projets scéniques sollicitant des enfants qu’au sein du centre de rééducation pédiatrique Romans-Ferrari (Miribel). Enfin, membre fondateur de l’Association Mâ depuis 2007, elle co-fonde et co-élabore Lieues, où s’invente des temps de pratiques, de rencontres et d’échanges depuis 2010. Elle participe à l’élaboration de « collection dançer » : projet éditorial croisant danse et graphisme.

Paul Andriamanana — Assistant costumier

Après des études de design (ESAA Duperré), il intègre le département concepteur costume de l’ENSATT de 2013 à 2015. Il rencontre durant cette période Dominique Fabrègue, costumière de danse, qui devient son professeur au long-cours. Costumier pour le théâtre (Théâtre des Lucioles, Anne-Laure Liégeois...), il revient à la danse et commence à collaborer avec le CCNR en septembre 2016 en réadaptant les costumes de plusieurs pièces de Yuval Pick. Il signe sa première création pour la danse contemporaine en octobre 2017 avec le Collectif ES puis assiste Ettore Lombardi sur Acta est Fabula de Yuval Pick, créée en janvier 2018. Lauréat de la première édition du concours "Création en Cours" en 2016, qui lui permet d'écrire sa première pièce MARCHER pour une centaine d'enfants, il participe aussi au projet d'action culturelle en milieu scolaire du CCNR.